Aujourd’hui, mon flux RSS a vu passer quelques articles qui m’ont font sursauter. D’abord, j’ai vu ce post de Mike Conley, développeur chez Mozilla, No, that’s not it for Thunderbird. Apparemment des gens auraient mal compris une annonce au sujet de Thunderbird, je n’y prête pas plus attention que ça… Puis je vois un article chez Crowd42 Mozilla va arrêter le développement de Thunderbird. Woholaa manneke ! Article repris par m0le Thunderbird ne sera plus (retiré, a publié un erratum après discussion). Et puis le coup de grâce fut l’article de Denis Szalkowski L’arrêt de Thunderbird enfonce la crédibilité de l’Open Source ! (nuancé au conditionnel après discussion également) qui dit carrément que, je cite, “Linux n’est pas adapté pour la station de travail”. Bam !

Bon après je comprend ces réactions, c’est des chaînes de rumeurs qui s’amplifient à chaque pas. A ce rythme là, on se retrouve avec des forks agressifs dans 24h. Seulement revenons aux sources pour voir ce qui est réellement.

Techcrunch a publié un article That’s it for Thunderbird dans lequel ils dévoilent un mail confidentiel pour alerter les développeurs des publications en principes prévues pour lundi. Bon les gens, quand on dit “on fait ça pour vous tenir au courant, ne le rendez pas public”, faut pas être con et arrêter de comprendre “si je publie ça le premier, je vais faire le buzz”. Merde quoi, vous voyez le résultat maintenant ? Les gens s’emballent pour un rien en lisant un mail de 15 lignes. Bon il y a quand même un passage intéressant dans le mail:

We’re not “stopping” Thunderbird, but proposing we adapt the Thunderbird release and governance model in a way that allows both ongoing security and stability maintenance, as well as community-driven innovation and development for the product. This will mean an eventual shift in how we staff Thunderbird at Mozilla Corporation – we are still working out details, but some people will likely end up on other Mozilla projects.

Donc le développement ne sera pas arrêté mais va se focaliser sur la sécurité et stabilité. Pas encore clair mais le staff risque de diminuer un peu après réattributions à d’autres projets.

Un peu plus tard, sans doute en réaction aux rumeurs qui grossissaient, Mitchell Baker, la chair de Mozilla Foundation, publie un article Thunderbird: Stability and Community Innovation. Dans cet article, elle explique que les utilisateurs de thunderbird sont globalement content de l’état actuel du logiciel. Et c’est vrai, il fonctionne bien, il gère bien les mails, il peut être étendu facilement par des addons, quoi de plus ? Son point est donc que la priorité n’est plus d’ajouter des nouvelles fonctionnalités mais de maintenir, stabiliser et sécuriser le client mail. Et c’est très bien, si Thunderbird devient un logiciel sans bug, qui fait très bien son boulot (gérer les emails, pas plus), je signe. La course aux nouvelles fonctionnalités c’est très gadget, juste histoire de montrer qu’on existe toujours et pas forcément essentiel. Les dernières en date ? La création de compte emails depuis l’interface et l’intégration de services tiers pour les grosses pièces jointes. Mouai pas mal mais pas forcement les choses qui vont changer la vie des utilisateurs. Sans doute que le client mail n’est pas, comme le navigateur, un logiciel qui a besoin sans cesse de nouvelles fonctionnalités et de grappiller des microsecondes de vitesse.

C’est une question de point de vue, ou bien on dit que les fonctionnalités ne sont plus une priorité ou bien on dit que la stabilité est la nouvelle priorité. Verre à moitié vide ou à moitié plein ?

Dans l’article, elle donne également le lien vers une page du wiki Mozilla Thunderbird/Proposal: New Release and Governance Model. Dans cette page on note que Thunderbird est utilisé par 20 millions de personnes (on arrête pas le développement d’un logiciel utilisé par 20 millions de personnes, sont pas con non plus), que les deux versions ESR (pour entreprises) et “normale” vont continuer leur rythme de release habituel (20 novembre pour la première, toutes les six semaines pour la deuxième) et que le modèle de fonctionnement actuel ne va pas changer globalement.

Pour en rajouter une couche, on a le témoignage de deux développeurs de Thunderbird (des gens qui savent ce qu’ils disent en gros). Mike Conley avec No, that’s not it for Thunderbird et Ludovic Hirlimann avec Thunderbird’s future from the inside qui disent que ça ne risque pas de changer grand chose pour l’utilisateur avant au moins la version 17.

Je ne sais pas vous, mais je pense qu’il n’y a aucune raison de s’inquiéter pour notre client mail favori. Le seul point qui m’ennuie est que j’aurais bien aimé voir Lightning (agenda) intégré officiellement et Mike Conley avait comme projet de retravailler le carnet d’adresse. Bon c’est pas la fin du monde et les addons existent toujours et ne risquent pas de disparaître, même si Mozilla ne touchait plus à une ligne de code de Thunderbird (ce qui, je le répète, n’est pas prêt d’être le cas). Le futur nous en dira plus.

Keep calm, don’t fork and love the pandas.

Mise à jour 8/7: un article officiel (enfin) a été publié sur le blog de Mozilla Adjusting the way Thunderbird is managed. On confirme le fait que la stabilité et sécurité sont les points les plus importants à ce jour. Ils disent également que, compte tenu des nombreux projets qu’ils ont en particulier le futur Boot2Gecko, ils vont diminuer un peu le nombre de développeurs pour les réattribuer. Le projet n’est pas abandonné, juste que pour l’instant les innovations viendront plutôt de la communauté. Ce n’est qu’une proposition qui ne prendra de toute façon pas effet avant septembre et doit être discutée. Rappel: c’est un projet open source, contribuez plutôt que de forker.

Également une interview de Jb Piacentino, le “managing director” de Thunderbird chez Tristan Nitot. Il explique que des releases sont prévues pour Thunderbird, encore une fois, pas de soucis.

Il y a 15 jours, c’était la conférence Pas Sage en Seine 2012. Si vous avez une heure à tuer, je vous conseille de regarder la conférence de Tristan Nitot, fondateur de Mozilla Europe, appelée “Hack your phone”.

Il explique la problématique de la perte de liberté sur les systèmes Apple, la différence d’optique entre PC et smartphones et la confrontation entre les applications locales et web. En sachant cela, on comprend beaucoup mieux ce qui a motivé la création de Boot2Gecko, l’OS pour smartphones de Mozilla avec l’usage à l’extrême des WebAPI.

Les autres vidéos de la conférence sont disponibles sur le site de La Cantine.

PS: la source m’excusera, j’ai perdu le tweet
PPS: Boot2Gecko c’est un nom de code, ça risque de s’appeler FirefoxOS en fin de compte
PPPS: tu recrutes Tristan ?

Avec le MWC 2012 venant de s’achever, je me disais qu’il serait intéressant de faire le point sur l’état actuel du libre dans les smartphones et les tablettes. Spoiler : c’est le bordel!

Android

Le moins libre des OS libres était bien sûr présent au WMC. Rien de très fabuleux de son coté. La version 5, Jelly Bean, a été annoncée pour automne 2012. Rien de très surprenant puisque le rythme d’une sortie par an est ce qui était grosso-modo prévu. On reste dans le flou sur les nouveautés mais on annonce une version plus adaptée aux tablettes et pouvant être utilisé par les débutants comme par les pro. On voit très bien le marché d’iOS qui est visé. Avis personnel : actuellement Android n’est quand même pas toujours évident avec tous ses sous-menus, iOS de son coté fonctionne très bien pour ma grand mère (oui j’ai une grand mère sous iPad) mais je trouve qu’elle est d’une pauvreté affligeante (la plateforme, pas ma grand mère).

Il a aussi été annoncé que 850.000 activations par jour d’Android étaient réalisées dans le monde. C’est énorme. On estime qu’iOS perdra son leadership au trimestre prochain, et ça c’est bien (d’accord c’est pour le refiler à Google).

Ah oui, il y a aussi Canonical qui a présenté Ubuntu for Android. Si faire tourner une image d’Ubuntu dans un téléphone me semble assez bourin (d’ailleurs faut un dualcore), je vois clairement un avenir pour ces téléphones qui peuvent se plugger sur un PC ou écran, si on arrive à standardiser quelque chose, on peut imaginer avoir des terminaux avec juste un écran, un clavier et une dock. Après il ne semblerait pas que cette solution soit libre puisque l’on privilégiera l’accord avec le constructeur plutôt que l’application disponible pour tous, dommage…

CyanogenMod

Le développement est toujours très actif chez cyanogen. Ils ont eu quelques problèmes de manque de serveurs pour construire les builds de nightly mais après un appel aux dons, c’est rétabli. On espère voir CyanogenMod 9, dérivé d’Ice Cream Sandwich, bientôt disponible.

N’oubliez pas que CyanogenMod n’est pas la seule alternative. Il existe Replicant qui est totalement libre et MIUM est enfin passé open source.

B2G

Le libriste convaincu n’aura surement pas raté l’annonce de Boot2Gecko, l’OS mobile de Mozilla. Une première version a été présentée au MWC. Une version tournant sur un Samsung Galaxy S2 est d’ailleurs disponible.

C’est moche, c’est pas fonctionnel mais c’est Mozilla donc tout le monde est fou à propos de ça (c’est un peu le Apple du libriste en fait Mozilla). Est-ce que la mayonnaise prendra ? On verra mais je suivrai surement l’affaire personnellement.

Mise à jour: jetez un œil à l’interface mise à jour, c’est déjà plus beau.

Une nouveauté très intéressante de Mozilla est son marketplace qui est encore en béta fermée mais se veut plus respectueux de l’utilisateur et du développeur que les solution existantes (un peu comme c’était prévu avec MeeGo avant son échec).

MeeGo

Souvenez vous, l’OS né de la fusion de Moblin et Maemo, que tous les libristes voyaient comme un système réellement libre pour nos téléphones. Beaucoup d’espoirs jusqu’à ce que Nokia signe un contrat avec Microsoft pour faire tourner des Windows Phone. Si l’on ajoute les rumeurs du désintérêt de Intel arrivant à gauche à droite, on est arrivé à ce dont on devait se douter : l’arrêt du développement de MeeGo et la création de Tizen. Dommage, j’aimais bien les Meegons.

Seulement, avant de passer chez l’ennemi, Nokia nous a pondu un très joli appareil, le N9. J’aurais rêvé mettre la main dessus s’il ne coutait pas aussi cher et si Nokia n’avait pas décidé de saboter la diffusion en ne le sortant que dans une poignée de pays. Toujours est il que le N9, tournant sur Harmattan, une instance (whyyy ???) de MeeGo, vient d’être mit à jour. Au moins ils ne laissent pas complètement tomber les gens.

Tizen

Tizen a du mal à convaincre le public. Cela s’explique entre autre par un manque d’ouverture assez frappant : un site horriblement vide, des mois d’attente avant la publication du premier bout de code. Le focus est clairement le partenariat avec les marques, pas avec le grand public. Est-ce qu’on tient un détrôneur d’Android en terme de fausse-ouverture ?

Toujours est-il que Tizen a annoncé une première beta et un partenariat avec Huawei, un constructeur chinois, ce qui vient se rajouter à Intel, NEC, Casio, NTT Docomo, Orange, Panasonic, Samsung, SK Telecom, Telefonica et Vodafone. Allez les gars, avec tout ce beau monde, il devrait avoir moyen de sortir un truc de potable !

La final release est planifiée pour le deuxième trimestre de cette année. Mit en parallèle avec le paragraphe sur Android et B2G, j’ai un peu de mal à imaginer quel public va s’intéresser à ce système, trop nouveau pour les grandes foules, trop fermé pour les libristes. Le bon calcul est sans doute d’avoir choisi l’HTML5 et les technologies du web pour les applications. Wait (again) and see comme on dit…

Il y a également le projet Mer qui a pour but de développer en façon ouverte ce que MeeGo et Tizen aurait du être (rien que ça). Ça a attiré l’attention de quelques développeurs, reste à voir si ça aboutira à quelque chose, ça tourne pour l’instant sur quelques plateformes. Je n’ai pas suivit de prêt l’affaire mais pourquoi pas.

WebOS

WebOS était l’OS de Palm avant d’être racheté par HP qui l’a grosso-modo coulé. Tout le monde se souvient de la folie engendrée par la liquidation des dernières tablettes sous WebOS. Peut de temps après, WebOS était devenu libre. Quelques personnes ont commencé a espéré un nouvel acteur libre dans le mobile mais quand on voit qu’HP enlève 275 employés du développement de WebOS, ça montre bien à quel points ils supportent le projet…

Allez courage possesseurs d’un Touchpad bradé, l’alpha 2 de CyanogenMod 4 est sortie pour vous !

Les API

Vous croyiez que c’était le bordel ? J’ai laissé le meilleur pour la fin.

Dans une mailing list de Tizen, j’ai lu une question à propos dy système d’API utilisé. Apparemment Tizen, n’utiliserait pas le système d’API du W3C. Première réponse : ils utilisent celles du WAC. Réponse suivante : non, ça dépend pour faire quoi, parfois W3c, parfois WAC. Aucune des deux API n’étant idéale, ils utilisent la meilleur dans chaque cas de figure.

Dans la discussion, un article faisant le point sur les différentes API est tombé. Il existe actuellement les API du W3C (World Wide Web Consortium), WAC (Wholesale Applications Community, basé sur des standards ouvert avec une couche propriétaire), Chrome (pour son Chrome web store) et Mozilla (pour B2G). C’est tout ?

Pas exactement puisqu’au MWC, Microsoft, Mozilla, Facebook, Samsung, Intel & Co ont annoncé former le W3C Core Mobile Web Platform Community Group (aka Coremob, plus facile à prononcer que WCMWPCG), pour faire le ménage et créer une nouvelle API unifiée. Une API pour les gouverner tous. Une API pour les… hum désolé. Tous sauf, les deux irréductibles Google et Apple qui dépensent déjà des tonnes de $ dans leurs solutions maisons propriétaires et n’ont aucun intéret à partager (contrairement à Facebook). Mouaiiii, suis quand même pas convaincu…

CC-BY-NC XKCD

Conclusion

Pour finir, posons nous la question la plus importante : si aujourd’hui, vous voulez vous acheter un smartphone, que choisiriez vous ? Où se retrouvera le tux qu’on aime tant ?

Je pense qu’aujourd’hui, il n’y a pas d’alternative suffisamment mature à Android et il est donc toujours le meilleur calcul. Un Samsung Galaxy pourrait être une bonne idée si jamais vous comptez tester B2G (un développeur assez actif sur l’engin). Il est sûr que vous devez choisir un modèle pouvant être rooté et faire tourner une ROM alternative, on ne va pas rester avec l’OS du constructeur quand même. GeeksPhone, le constructeur de mon téléphone a annoncé un GeeksPhone 2 si vous êtes prêt à attendre encore quelques mois (et avoir un téléphone Android nativement rooté avec un développeur de chez eux travaillant sur CM).

Et dans un futur proche ? Tizen et B2G semblent les plus aptes à émerger. Tizen est peut être plus avancé et à le support d’acteurs de poids. B2G semble avoir une plus grande popularité auprès du public geek (de toute façon le public non geek, s’il sait ce qu’est Android, c’est déjà bien) mais moins de moyens (et sans le cash dur que percer). C’est personnellement ce dernier que j’aimerais voir réussir (je suis un Mozilla-fanboy). Et pourquoi pas un nouvel acteur tant qu’on y est ?

Mozilla est sans doute une des fondations les plus actives dans la liberté des logiciels et des utilisateurs sur le web, cela n’est plus à prouver. Si Mozilla Foundation ne gère pas le business de la boite, sa filiale Mozilla Corporation, de son coté, brasse pas mal d’argent. Elle paye, par exemple, des centaines d’employés et est responsable de la promotion de Mozilla Firefox. La principale source de financement de celle-ci est nul autre que Google. Ainsi en 2006, 85% des 66.8 millions de dollars de revenu venait d’un partenariat pour que Google soit le moteur de recherche par défaut sur Firefox en échange de revenus publicitaires générés par les utilisateurs de Firefox.

Si ce partenariat était avantageux pour les deux camps, ce ne l’est plus forcement pour Google depuis la création de Google Chrome en 2008. Le succès de ce dernier est fulgurant (au point que l’on s’inquiète de sa possible domination du marché) et l’on peut donc se demander qu’est ce que Google à encore à y gagner à financer un moteur de recherche concurrent.
Officiellement, Firefox n’est pas un concurrent direct de Firefox et que cela ne devrait pas affecter le partenariat. A la sortie de Chrome, cet accord avait justement été renouvelé jusque novembre 2011.

Image par Facesaerch CC

Pour de nombreuses personnes ce financement inquiète. Tout d’abord concernant la neutralité de Mozilla. On pourrait penser que la compagnie serait influencée par son plus gros partenaire mais Mitchell Baker, la présidente de Mozilla Foundation avait affirmé en 2007 que Mozilla peut vivre sans l’argent de Google si jamais ce dernier essayait de réduire leur indépendance.

Je pense que le soucis à craindre n’est pas de voir Mozilla se transformer en filiale de Google mais plutôt de voir le financement s’arrêter. Même si Baker affirme pouvoir diversifier ses revenus, cela ne se fera pas du jour au lendemain. Si l’on ne pense pas au scénario extrême de la fondation ne pouvant survivre, il n’est pas difficile d’imaginer qu’elle serait fortement pénalisée sans ces millions nécessaires à payer les développeurs et autres. Dans la guerre des navigateurs en cours, un peu de retard peut être fatal. La question soulevée est donc est-ce qu’un projet open source de grande ampleur peut survivre sans le financement de grosses multinationales ?

Ce n’est pas encore aujourd’hui que l’on aura la réponse à cette question puisque Mozilla a annoncé mardi avoir renouvelé l’accord avec Google pour 3 nouvelles années. Une bonne nouvelle donc pour Mozilla qui pourra continuer aussi activement son développement, une bonne nouvelle pour les utilisateurs dont les intérêts continueront à être assurés mais est-ce une bonne nouvelle pour le long terme ? Dans trois ans, la situation aura surement beaucoup évolué et des nouvelles spéculations pourront à nouveau être faites. Souhaitons longue vie au projet Mozilla qui sort justement la version 9 de sa suite de logiciels.

Mise à jour: selon numérama, l’accord serait très profitable pour Firefox.

[Image]

Ce qui est bien avec Archlinux c’est qu’on très à jour dans les logiciels et a rapidement les nouvelles versions des logiciels. Ce qui est moins bien c’est que parfois d’autres programmes comme typiquement les extensions mozilla ne sont pas compatibles dans les temps.

J’ai eu ce problème avec les extensions lié à lightning, l’addon responsable du calendrier dans Thunderbird. Après quelques recherches et bidouillage j’ai réussi à régler ce problème.

Lire la suite… »