Google a annoncé un nouveau modèle de Chromebook : le Pixel. Une machine à 1300$ avec des specs assez misérables : i5, 4GB de RAM, SSD de 32GB, une connectique, poids et encombrement assez banal pour un 13″. Ah non il a un écran haute définition (je dirais bien pour regarder un Blu-ray dans le train mais y a pas de lecteur) et un écran tactile (woo, sé taktil !). Non là où Google mise le tout est sur son OS minimaliste et son accès au cloud. Lorsque l’on achète cette machine, l’on reçoit 1TB de stockage sur les serveurs de Google via Google Drive pendant 3 ans. Ainsi à n’importe quel moment, sur n’importe quelle machine, on peut accéder à ses fichiers en ligne. Plus de risques de crash de disques durs, Google se charge de tout ! Elle est pas belle la vie ? Excusez-moi, je pars vomir et je reviens.

*bruit de chasse d’eau*

Non ! La vie n’est pas belle. Le concept du Chromebook est une des pires idées que l’on puisse avoir et qui me fait vraiment peur si ça marche. Dans un article du journal Le Soir de samedi dernier, l’on présentait le modèle comme s’attaquant de front à Apple. Ils ne croient pas si bien dire puisque je ne vois ça comme passer d’un gaspillage d’argent (silence fan boy d’Apple, c’est dépassé de troller avec toi) à un autre sans doute pire.

chromebook-nope

Il y a un concept simple qu’on oublie de plus en plus aujourd’hui : la propriété. Si un bien m’appartient, j’en fais ce que je veux. De la voiture que l’on peut repeindre aux murs que l’on peut abattre en passant par le livre que je peux revendre, l’informatique semble s’éloigner de ces concepts. Je loue un livre sur Amazon (puisqu’il en reste proprio et peut en faire ce qu’il veut), je loue ma musique à l’écoute sur Spotify (puisque je n’y aurai plus accès si j’arrête de payer ou si une major veut retirer son catalogue), je loue même ma vie sociale (puisque une fermeture de mon compte Facebook me réduirait à l’état d’ermite). Ça ne suffit pas ? Maintenant louez tout ! Vos emails, vos documents professionnels, vos photos de famille, votre carnet d’adresse, toute votre vie numérique ! Même supprimer un fichier ne dépendant plus de vous (le fichier reste sagement sur les serveurs de Google). Il s’agit ici d’une double location : vous payez le stockage en argent (après le 1TB pendant 3 ans, c’est 50$/mois pour la même capacité), avec votre vie privée (mais ça c’est pas neuf) et si ça ne suffit pas, vous êtes dépendant du fournisseur (Google) pour accéder à vos fichiers.

De par son mode de fonctionnement, il est évident qu’un accès internet est essentiel. Pas de connexion, pas de chocolat. Ils disent viser les power-users mais considérer que les professionnels ont un accès internet tout le temps est un peu optimiste (train ? déplacements ?). Même quand je reste à mon bureau au boulot à coté du routeur, il arrive que le net saute (et oui OpenERP a installé ses bureaux à la campagne). Si on avait tous des chromebooks, chômage technique ! Il y a bien un modèle avec puce 4G mais comptez 200$ de plus.

Berger seul

Il y a deux jours, la BBox de Jean-Kevin est tombée en panne

Bien sur l’accès internet va se faire d’en plus en plus présent, les forfaits illimités 4G ne devraient pas mettre trop longtemps à arriver, le problème d’accès n’est que temporaire. Seulement vous mettez tous vos œufs dans un même panier. Qu’on soit à la ferme, à la bourse ou en informatique, c’est une très mauvaise pratique, et d’autant plus si c’est un inconnu qui porte le panier. Ploum avait fait un très bon article en imaginant un monde selon Google, c’est l’occasion de le (re)lire. Google deviendra il une nouvelle prison dorée ?

Même si ce n’est pas de bon ton de souhaiter du malheur, c’est pourtant ce que je souhaite à ce Chromebook, pour le bonheur de l’informatique en général. Je dirais bien qu’il n’y a de toute façon aucune chance pour que les gens prennent mais les précédents historiques tels que les succès de Facebook ou d’Apple laissent songeur et craintif.

J’ai fait l’acquisition d’un ultrabook Dell, un très bel objet (j’en ai même fait un déballage). Dessus était préinstallé le système d’exploitation d’une startup qui monte pas mal ses derniers temps : Microsoft avec son Windows. Si j’ai bien compris, Microsoft fait payer son OS, un business model qui me semble assez bancal mais pourquoi pas, s’ils apportent une vraie innovation. Toujours curieux de découvrir des nouvelles choses et étant donné que je l’ai payé à l’achat de la machine, j’ai voulu tester ce système. Voici donc mon retour d’expérience.

Livreur d'UPS qui est plus rapide pour faire Chine - Kazakhstan que Bruxelles - monbled

Livreur d’UPS qui est plus rapide pour faire Chine – Kazakhstan que Bruxelles – monbled

Première petite déception, Dell m’a fourni la version 7 de Windows alors que j’ai entendu tellement de bien de leur 8eme version, soit, je regarderai pour faire une upgrade plus tard. J’allume la machine et me retrouve devant une série d’écrans étranges. Plutôt que le processus d’installation habituel (langue, heure,…), on me donne de longs textes aussi imbuvable que la GPL à lire. Je relève des passages surprenants. Je ne suis autorisé qu’à faire tourner le logiciel que sur deux cœurs maximum (heureusement que je n’avais pas prévu d’upgrade du matériel), interdiction de faire tourner la version 32 et 64 bits en même temps (je ne sais pas comment j’aurais fait de toute façon), autorisation de télécharger les polices inclues uniquement le temps d’imprimer un document ainsi qu’une limitation d’utilisation à 20 dispositifs “pour utiliser les services de fichiers, services d’impression service internet, partage de connexion internet et service de téléphonie uniquement” (dois-je commencer à compter mes clefs USB ?). Peu de choix de langue également (français ou anglais-us), ils n’ont peut être pas encore eu le temps de le traduire (c’est le problème d’avoir des effectifs limités). Je tique un peu sur l’obligation de mettre un indice pour retrouver le mot de passe. Je pensais qu’il avait été démontré que c’était une mauvaise pratique. Dell me pose également des questions pour savoir si je veux bien lui envoyer des données systèmes pour ses partenaires commerciaux, désolé Dell mais non.

Après ce long processus d’installation, où l’on ne m’a posé aucune question intéressante, quelques mises à jour à faire et … demande de redémarrage. Une mise à jour du noyau sans doute, pas très agréable mais il faut ce qu’il faut. Ça y est, je chipote enfin sur mon nouvel OS ! Pas trop moche à première vue, je sens que je vais aimer. Le navigateur préinstallé (digression : et il est où mon BrowserChoice ?) ne m’inspire pas trop confiance. Heureusement, l’équipe de Mozilla a prévu un build de Firefox pour ce système. Enfin, j’ai du me rendre sur leur site pour le découvrir. J’ai longtemps cherché leur gestionnaire de paquets avant de me rendre à l’évidence : ils n’en ont pas. Heureusement qu’ils n’ont pas d’assez grosses part de marché que pour intéresser les pirates. Avec un système pareil, c’est la porte ouverte au phishing et logiciels malveillants.

Même pas à jour tes crasses

Même pas à jour tes crasses

L’installation de nouveaux logiciels est vraiment contraignante : télécharger un binaire, encore une série de question inutiles, une demande de confirmation administrateur (pas très sécurisé, ils ne demandent même pas de mot de passe root). Pire, avec certains programmes, j’ai des dépendances étranges qui s’installent. Je cherchais à installer un client torrent (on m’a conseillé µTorrent) pour télécharger une iso d’archlinux et je me retrouve avec une série de dépendances comme une toolbar ou un changement de ma page d’accueil dans Firefox. Je ne comprend vraiment pas pourquoi c’est nécessaire et pourquoi tout le monde trouve ça normal.

Admirez la richesse des effets proposés à droite

Admirez la richesse des effets proposés à droite

Les logiciels ne me semblent pas très stables non plus. J’ai voulu tester la webcam et ai reçu directement quelques popups avec une fenêtre d’erreur. Non seulement ça fait pas très pro de vendre des logiciels buggés mais en plus cette agression à coup de popup montre un manque flagrant d’étude de l’interface. Heureusement que je m’y connais un peu en informatique parce qu’un utilisateur non averti aurait vite fait de tout fermer (ce qui est exactement ce que j’ai fait après réflexion).

Quand je démarre mon PC, c'est pas par ça que j'ai envie d'être accueilli

Quand je démarre mon PC, c’est pas par ça que j’ai envie d’être accueillit

En continuant sur le sujet des popups, j’en ai également une série me proposant des versions d’essais ou des mises à jours automatiques de logiciels dont je n’ai aucune idée de l’utilité. On me parle même d’un système de protection contre les menaces internet et virus. Je ne vois pas trop l’utilité, si un logiciel est bien fait, les failles sont corrigées dès qu’elles sont découvertes, pas besoin de venir rajouter une couche de protection intermédiaire, c’est juste bon à ralentir la machine.

Bon je commence à en avoir assez de tout cela. J’ai voulu ouvrir le traitement de texte préinstallé (Microsoft Office, le LibreOffice local je crois). On me demande de me connecter à un compte pour prouver ma licence. Si tu me donnes pas de licence, pourquoi tu me préinstalles ça !

Y a pas que MS Office de logiciel inutilement préinstallé...

Y a pas que MS Office de logiciel inutilement préinstallé…

Et puis la gestion des fichiers est épouvantable. Comment les gens peuvent travailler là dessus ? Le nom d’un même dossier est parfois traduit en français, parfois en anglais, il y a des liens symboliques dans tous les coins. Je n’arrive pas à comprendre la hiérarchie. A la place du simple dossier /home/mart pour mon utilisateur, dans le dossier C:Users, je trouve mart, All Users, Default, Default Users et Public. Mais ça ne s’arrête pas là ! Dans chacun de ces dossiers, j’ai des sous dossiers qui me semble redondants comme AppData, ApplicationData ou Local Settings. Est-ce que je dois stocker mes documents dans le dossier Documents ou Mes documents ? Le Mes documents n’étant d’ailleurs visiblement pas uniquement pour les documents puisqu’il contient des liens symboliques vers les dossiers présents un niveau supérieur de contenu multimédia (Ma musique pointe vers ../Music, idem pour les images et les vidéos). Je suis vraiment perdu là dedans.

Dell m’a gentiment fourni des CD contenant les drivers pour des périphériques comme le lecteur d’empreinte digital. Par contre il est pas très malin puisqu’il y a pas de lecteur CD sur cet appareil. Bon de toute façon un lecteur d’empreinte est un peu de l’anti-sécurité, je ne l’utiliserai pas. Je découvre avoir pas mal de programmes qui tournent en arrière plan au point de que ma barre d’outil est assez bordélique.

Et encore j'avais déjà fait un peu de nettoyage à ce moment là

Et encore j’avais déjà fait un peu de nettoyage à ce moment là

Après quelques heures d’utilisation, je me retrouve avec des popups dans tous les sens, des alertes de sécurité et invitations de tests, plusieurs toolbars sur mon Firefox. Je n’arrive plus à retrouver les fichiers que je venais de créer (c’est plus tard que j’ai compris que le dossier “Téléchargement” et “Download” étaient le même). Je me rend compte que j’ai des dizaines d’utilitaires préinstallés et même pas un pour ouvrir les .tar.gz. À chaque démarrage, j’ai des popups (dont une d’erreur Intel) désagréables. Pour toute nouvelle clef USB insérée, le système doit d’abord installer les drivers (pour une clef USB!) et veut me faire toute une série d’opérations d’importation (même un formatage quand j’ai inséré une clef en EXT, et puis quoi encore ?). Chaque installation de programme n’est vraiment pas une sinécure, j’ai des binaires d’installation qui traines dans tous les coins. Les forums sur internet me conseillent plein d’outils pour augmenter tel ou tel niveau de protection, pour faire de la maintenance et désinstaller tel ou tel programme préinstallé. Et la goutte qui fait déborder le vase était quand je découvre qu’il faut faire tourner régulièrement un outil pour défragmenter le disque en raison d’un système de fichier mal conçu.

Non, non et non. Je veux bien être ouvert d’esprit et encourager les startup innovantes et même payer si le logiciel est bien fait mais là franchement c’est raté. Je veux pas être pessimiste Microsoft mais si vous ne vous remettez pas sérieusement en question, vous n’allez jamais percer sur le marché si concurrentiel des OS de bureau, surtout avec un business model pareil. Après quelques heures d’utilisation, c’est décidé, je retourne sous Linux ! Tient j’ai entendu parler d’une autre startup montante : Apple, il faudra que je teste ça un jour.

Dans mon flux RSS, j’ai vu passer cet article de Lifehacker : Get $5 off $25 on Amazon by Answering a Question on Facebook. Apparemment il suffit de partager sur son mur ce qu’on aimerait le plus avoir sur sa liste de noël pour recevoir un bon de réduction de 5$.

Ma foi pourquoi pas ?

Je ne suis pas spécialement un fanboy d’Amazon, même plutôt contre, mais pas encore au point de boycotter ou dire non à une réduction avantageuse (20% sur un achat de 25$). Donc j’accepte et puis j’arrive sur cette page :

Tout s’explique…

Pour obtenir cette promotion, il vous faut donc confier à l’application (et donc à Amazon) vos informations personnelles, adresse email, goûts (like), vos photos, la possibilité de poster des messages et même un accès aux goûts de vos amis.

J’insiste pour ceux qui ne comprennent pas : vous vendez votre vie privée pour 5$ !* En acceptant, Amazon peut faire un profiling de vous et de vos amis à tout moment. Cette application me mentionne aussi gentiment qu’un idiot d’ami (ou désormais ex-ami) a déjà accepté donc Amazon a déjà pu récupérer de mes informations.

Pour 5$*, ils viennent me manger dans la main

Je mettais au début de l’article que je n’étais pas spécialement anti-Amazon mais des choses comme ça, ça me le fait devenir assez rapidement. Cette monétisation de votre vie privée est à vomir. Merci de ne pas encourager ce genre d’action et de ne pas accepter cette offre ou d’autres du genre, même avec un faux compte Facebook.

*5$ pour achat de 25$ ou +, hors TVA, valable jusque dimanche 9/12 23h59, uniquement pour clients résidents aux États-Unis, un seul bon par client, offre limitée, non-cumulable. Faut pas que ça soit une trop bonne affaire non plus.

L’expression “une fois” vous aura mit la puce à l’oreille, je parlerai ici de Numericable Belgique.

Alors que je regardais gentiment la TV en me lamentant sur la quantité de pub au milieu de On est pas des pigeons, je tombe sur le spot TV suivant :

Souriez, pour la première fois en Belgique, un opérateur lance pour ses clients l’appel plus data illimité pour seulement 29€95 par mois. Bienvenue chez Numericable.

Titillé par cette offre intéressante (je rappelle aux français que le mobile est horriblement cher ici), je vais jeter sur un œil sur numericable.be. Alors à ce point, on peut juger que le spot publicitaire est réussi, il était assez intéressant pour que je m’en souvienne et bouge mon illustre postérieur jusqu’au PC pour en savoir plus, bon boulot les marketeux. Sauf que ça déchante vite en arrivant sur la page mobile.

Attention, on vient de perdre la ménagère de plus de 40 ans là

Oui, offre à 60€/mois pour tout illimité avec en dessous un bandeau 30€/mois tout illimité. La marque “nouveau” me fait penser qu’il s’agirait peut être d’une offre temporaire pour les nouveaux clients. Je fouille, le compteur Google Analytics monte, le webmaster a une demi-molle. Sauf que je trouve pas.

En cliquant sur le bandeau, j’arrive sur une page concernant le triple-play. Mais il est pourri ton site! je me dis intérieurement en continuant mon exploration. Je vais même jusqu’à faire quelques recherches externes et tombe sur des sites de journaux vantant la super offre qui va casser les prix (plus tard, je me rendrai compte que les journalistes qui ont écrit ça n’ont rien compris à l’offre).

Et puis finalement, avec un peu de recherche, je tombe sur le forum d’Astel, comparateur d’offres, avec un utilisateur ayant les même interrogations avec la réponse à ce mystère.

Si vous avez un pack triple play chez Numericable, vous pouvez bénéficier de cette superbe offre. Et oui, en bas de la description de l’offre triple play, on vous écrit discrètement “Option mobile Max: 59,90€ – 50% Promo Mobile”. En fin de compte, vous ne payerez pas 30€ par mois pour avoir vos appels et data illimité mais au minimum 75€85. Ça fait une grosse différence.

Vous allez me dire “ouai mais tu dis n’importe quoi, pour ce prix là t’as internet, tv, téléphone et GSM”. Et moi je répond, on s’en fout ! Le point est que Numericable vente partout les mérites d’une offre avantageuse et pas cher pour du GSM illimité (sauf les SMS, faut pas rêver non plus) mais en réalité, seul les abonnés à une offre cher peuvent en bénéficier. Et ce n’est qu’après de longue recherche qu’on s’en rend compte. Le spot TV ne vous parlait que de l’offre GSM. J’appelle ça des pratiques commerciales trompeuses et c’est interdit (Art.90 §2 de la loi du 6 avril 2010).

Donc mon cher marketeux de mes deux de Numericable reviens nous voir quand tu auras des vrais offres à proposer et arrête de me faire perdre mon temps sur ton site mal foutu. Merci !

Dimanche passé, c’était les élections communales et provinciales en Belgique. En tant que citoyen responsable, j’ai donc été faire mon devoir et rougir quelques cases dans un isoloir. Isoloirs de plus en plus désertés par les feignants (Un dimanche matin ? Vous êtes cinglée ma bonne dame !) ou contestataires (parce que rester dans son pieu en signe de refus du système, c’est comme télécharger The Expendables pour militer un accès à la culture) mais là n’est pas le débat.

Depuis quelques années, on vote électroniquement dans plusieurs villes. Vote qui est contesté par de nombreuses voix comme PourEVA (Pour une Éthique du Vote Automatisé) qui s’est bien exprimé sur le sujet vendredi passé à Source sur radiocampus par exemple. Je n’ai jamais caché être pro-vote électronique et globalement pas d’accord avec eux mais il faut avouer qu’ici, il y a eu de la connerie dans l’air, aussi bien d’un coté que de l’autre.

Commentaire sortant du coeur sur un bulletin

J’ai bizarrement plus d’estime pour celui qui s’est bougé pour écrire ça que pour celui qui est resté dans son lit…

Commençons par de l’analyse journalistique. Quelles sont les priorités en termes d’importance des nouvelles ? Au JT de dimanche soir, dans l’ordre on a eu :

  1. La NVA qui gagne à Anvers
  2. Les autres résultats
  3. Les problèmes du vote électronique
  4. Les problèmes du vote papier
  5. Le reste du monde

Qu’est-ce qui s’est passé avec le vote électronique ? On a eu des files très longues à certains endroits. On a eu des problèmes au démarrage avec des temps de réactions de plusieurs heures pour qu’un technicien règle ça. On a même eu un type qui à tout débranché de rage. On a également une polémique d’écrans tactiles (on parle de smartvote ;-)) trop sensibles (en sélectionnant une liste, on “double cliquait” et sélectionnait le candidat du milieu de cette liste). En gros ça a été le bordel dans plusieurs bureaux.

Est-ce grave ? Oui c’est grave d’avoir une organisation aussi mauvaise, grave qu’on ne sait pas démarrer une machine correctement et qu’on ai besoin de plusieurs heures pour réussir à résoudre un problème facilement évitable. Ce problème de sensibilité est le signe que le logiciel a été développé à la va-vite et a eu un manque flagrant de test (et ça aussi c’est grave) ! Est-ce grave sur le résultat du vote ? Non puisque celui-ci n’a pas été potentiellement modifié en rapport de force entre partis, personne ne s’est dit “J’ai du attendre 2 heures, ben je vais voter à gauche finalement” .

ajout de candidat sur un bulletin

C’est vrai que le vote électronique ne laisse pas grande place à la créativité, et c’est bien dommage…

Maintenant, qu’est-ce qui s’est passé à Jemeppe-sur-Sambre avec le vote papier ? Événement d’importance médiatique moins important dans l’ordre de présentation (on en a parlé d’ailleurs 55 secondes contre 4 minutes 10 pour le vote électronique). Trois urnes (on se rendra compte plus tard que c’était quatre urnes) sont arrivées non-scellées pour le dépouillement. Il faut savoir que ça représente 10% des voix ce qui est non négligeable dans un score serré, ça ne prouve pas une manipulation mais la rend possible. Est-ce grave ? Plus que pour le vote électronique il me semble.

Des problèmes pareils (urnes non-scellées, gens bourrés, négligence dans tous les sens…), on en rencontre à chaque élection, suffit de demander aux gens ayant assisté à plusieurs dépouillements. Que ce soit en vote papier ou en vote électronique, il y a et il y aura encore de très nombreux problèmes. Même un système aussi simple que le vote papier, un système que même un idiot peut comprendre, est foireux s’il est confié à un idiot. Mais c’est la vrai démocratie, celle qui implique le peuple dans son processus et ce genre de bêtises. Cela me conforte dans mon opinion : le vote électronique n’est pas moins bon que le vote papier, ils sont tous les deux mal gérés.

Ils ont tué Docteur Who !

4 September 2012

Avis à ceux n’ayant pas encore regardé le début de saison 7 de Docteur Who, comme dirait River, “Spoilers”. Je vous aurai prévenu, ne venez pas vous plaindre si le visionnage future de l’épisode a autant de saveur que des nouilles au micro-ondes.

Samedi soir, avec mon petit cœur plein d’espoir et quelques bières, je me suis branché sur la BBC et ai pu regarder le premier épisode de la septième saison de Docteur Who. Pour les impies, Docteur Who est une petite merveille de la télévision britannique existant depuis 1963. Dans un univers de science fiction sans grande logique (time travel) l’on retrouve le personnage du Docteur, attachant sauveur de l’univers, imprévisible, drôle et ayant une classe unique en son genre. Cela étant dit, je me suis assis devant la tv (première fois que j’étais content d’avoir plus que les deux chaînes publiques) et ai regardé mon épisode. A la fin, tel un homme des sables, je ne pouvais que laisser exploser ma colère en poussant des cris gutturaux, ils ont tué Docteur Who.

J’avais déjà des inquiétudes en voyant, sur la page Facebook de l’émission, les bandes annonces et images qui étaient régulièrement publiées. Ces dernières m’avaient laissé un sentiment très dubitatif et réveillé mon sonar à navets. Comme le veux le paradigme de Shwarzenegger, lorsque l’on a des flammes sur une affiche de film, la bouse pointe à l’horizon. Dans le cas de cet épisode, on pouvait supposer un étron auprès duquel même les défections de Dédé l’éléphant indien laisseraient un souvenir de fraîcheur.

Haaa mes yeux, je pleure du sang !

Bon plutôt que de critiquer les fonds d’écrans, que s’est il réellement passé dans l’épisode ?

Tout d’abord, l’on découvre le Docteur qui se fait capturer par les daleks sur Skaro en 2 minutes montre en main par une sorte de femme mutante dalek. On parle quand même de l’ennemi juré depuis toujours (voir plus) des daleks. Hop, emballé c’est pesé, un petit piège et le voila capturé, allez en prime on vous case le divorce d’Amy et Rory ainsi que leurs captures en une minute et demi supplémentaire (ils sont secondaires, on risque de se lasser). On découvre tout aussi rapidement que les daleks possèdent un parlement dirigé par un premier ministre dans sa bulle en verre. Pourquoi ? C’est pas comme s’ils avaient beaucoup de décisions à prendre à part exterminer l’univers… En plus on découvrira plus tard qu’ils n’ont même pas besoin de se rassembler pour échanger des informations, juste une grosse réunion pour la frime en somme.

Bon, je sais, mettre en évidence des incohérences dans le scénario Docteur Who, c’est comme reprocher à un marteau piqueur de faire du bruit. Téléportation et voyages dans le temps, pas possible d’être cohérent, I know. Seulement ici on touche à des symboles, les daleks, des machines à tuer sans aucune compassion avec une intelligence froide et efficace. On ne vient pas juste propulser des homme-daleks sur la terre qui sont plus efficaces que des siècles d’attaque sans un minimum de développement. Et non le développement ne viendra pas plus tard.

Tant qu’on en est à démolir le mythe des daleks, ils demandent de l’aide du Docteur. Pourquoi ? Pour désactiver un champ de force sur une planète contenant un asile de quelques millions de daleks fous. Pour résumer, un dalek fou est un dalek bon pour la casse. Ça reste une créature qui veut tout bousiller mais il fonctionne juste moins bien, une planète décharge en gros. Ils ne les tuent pas parce qu’ils ont trop de respects pour leur race que pour faire ça. Oui mais là ils deviennent dangereux donc ils changent d’avis, ils vont faire péter toute la planète à la place. C’est changeant un dalek… Champ de force qui ne se désactive que depuis l’intérieur bien entendu. Sauf que les daleks, ils ont peur des daleks fous et vont envoyer le Docteur faire le sale boulot à la place. On a donc des créatures qui enferment leurs congénères cassés et puis vont capturer leur ennemi juré et lui demander de l’aide pour tuer tous les prisonniers. WTF.

Quand je pense au bordel que c’est avec nos 150 députés, bonne chance daleks…

Avançons, avançons. Sur la planète, on se rend compte qu’en plus des dangereux daleks incontrôlables cassés, il y a des nano-particules qui transforment les humains (morts ou vifs) en homme-dalek mutants. Hop pas plus d’explications que ça. On se retrouve ainsi avec des squelette-dalek mutants qui courent après les gens et Amy qui menace de se transformer en dalek (et mourir accessoirement).

Et puis au milieu de tout ce brol, on a la scène dont cette effrayante affiche est tirée. Alors qu’un dalek veut s’auto-détruire pour tuer le Docteur, ce dernier active la commande marche arrière du dalek (oui tous les daleks sont équipés d’une commande marche arrière) et l’on obtient une grosse explosion au milieu d’un tas de daleks. Au milieu de carcasses fumantes, sort un docteur portant une Amy inconsciente l’air sérieux et satisfait de son massacre tel un Rambo après le déversement de Napalm matinal au Vietnam.. Non non et non ! Docteur Who n’est une histoire de super héros sans peur. Il doit y avoir du cœur, une âme, des sentiments, pas des bombes télécommandées !

Devant un tel manque de respect de symboles, on avance à un docteur qui s’en va libérer une femme qui ne s’était pas rendu compte qu’elle avait été complètement transformée en dalek, ce qui amène à quelques troubles de la personnalité (l’évolution supérieur de l’humain-dalek mutant: le dalek schizophrène). Après un petit discours à moitié émouvant (Math Smith nous a habitué à mieux), elle décide de se sacrifier et de désactiver le champ de force. Heureusement, les daleks dans leur parlement armés de missiles termo-nucléaires sont sympa, ils vont commencer par juste envoyer quelques missiles d’avertissement. On a donc cette scène qui semble être tirée d’un James Bond (les derniers, lorsque il boit de la bière plutôt qu’un Martini) avec le Docteur courant au ralentit au milieu des flammes. Une fois tout le joli monde sur un téléporteur qui traînait là (toujours mettre des téléporteurs dans une prison), les daleks vont lancer une dizaine de missiles qui, en deux secondes, réduisent la planète en poussière. Ben heureusement qu’ils avaient des missiles à gaspiller au début…

Hop dix missiles et plus de planète, y a pas à dire, plus efficace que les précédents.

Ah oui j’allais oublier. Le dalek schizophrène en a profité pour supprimer toute notion du Docteur du réseau d’information des daleks qui est partagé entre tous. Une belle requête SQL façon DELETE * FROM info WHERE name = 'Doctor' et le travail est réglé, TOUS les daleks ont oublié qui le docteur était. Les daleks sont à la mode et ont mit toutes leurs données dans le cloud (au prochain épisode, les daleks utiliseront des tablettes). On vous le répète depuis des années, il faut faire des backups ! Un petit hack tout con et bam, même les daleks a qui on a parlé il y a 2 heures nous ont oubliés (ils ont pas de cache). Tant qu’a massacrer un symbole de Docteur Who, autant le faire en profondeur.

Une fois que j’avais fini de me rouler à terre en pleurs, j’étais arrivé à la terrible conclusion suivante: le Docteur est devenu américain. Sur cette note effrayante, je regarde les épisodes futurs et n’espère même pas une amélioration : des dinosaures, des cowboys et Manathan. Ils ont tué le Docteur.

On assistera bientôt aux jeux olympiques de Londres. Un évènement mondial qui fera vibrer la célèbre capitale Anglaise pendant lequel chaque pays montrera ce qui se fait mieux en terme de sport, le tout dans la joie et la bonne humeur. En principe c’est plus ou moins ça. Dans les faits, c’est juste un évènement pour se faire un max de fric en un minimum de temps et tant pis si on écrase les libertés individuelles au passage.

J’exagère ? Je ne pense pas, après avoir organisé l’édition précédente dans un pays qui bafoue largement les droits de l’homme, le comité olympique a décidé de donner tous pouvoir aux sponsors cette fois. La liste des interdictions est affolante et fait penser qu’on est loin de la modernité prétendue de cette édition.

  • La “police des marques” fera le tour du stade pour effacer tous les logo de marques ne faisant pas partie des sponsors (y compris sur les toilettes).
  • Les athlètes ne peuvent parler d’un produit non sponsorisé (Pepsi ? Connait pas, on boit que du coca ici, il n’y a que coca qui existe d’ailleurs)
  • Ils ne pourront pas non plus commenter sur les performances des sportifs sur Twitter (réservé aux journalistes s’il vous plait)
  • Des commerçants locaux ont été menacés de procès pour avoir utilisé une combinaison de deux des mots suivants : olympique, Londres, 2012, été ou jeux.
  • La sportive Sally Gunnell n’a pas pu prendre une pose de sa victoire des JO de 92 devant un avion Easy Jet, seul British Air existe.
  • Les spectateurs ne peuvent publier de photos ou vidéos prises dans le village olympique sur les réseaux sociaux. Ils doivent rester dans un cadre très privé (dont les 200 amis Facebook ne font pas partie).
  • Des compagnies qui ne font pas partie des sponsors ne pourront pas offrir des places aux JO.

Un peu abusif non ? C’est encore pire qu’a Beijing. Vous voyez encore l’aspect sportif là dedans ?

En tout cas j’attends de les voir essayer de censurer les milliers de gens qui, armés d’effrayants smartphones, voudront partager ce qu’ils voient avec le monde. Qu’ils essayent seulement…

[Source, Source]

DLink viole la GPL ?

16 April 2012

Dans le cadre de mon travail de fin d’études, j’étudie la sécurité des caméras de surveillance. Pour le coté pratique, j’ai choisi de travailler sur la DCS-2130 de DLink, une caméra wifi d’entrée de gamme remplie de fonctionnalités sympa.

Lors de mon étude, je me suis rendu compte que DLink offrait le code source de ses firmware sous GPL. Offrait ça sous-entend : a été obligé car puise allègrement dans les programmes sous GPL et y est donc plutôt contraint…

Ils ont donc mit en place un joli site avec le code disponible pour la version 1 de leur firmware. Bon on va faire l’impasse sur le fait que l’on est à la version 1.1 maintenant parce qu’il y a pire.

Que faire quand vous êtes un constructeur obligé de distribuer son code alors qu’on a pas envie ? Faire un site qui marche pas. Et oui, DLink a gentiment mit en place un site tout foireux qui permet de télécharger à une vitesse bridée variant de 1Kb/s à 60 Kb/s (sur une archive de 1.6Gb, faites le calcul) et qui arrive toujours à un timeout à un moment ou un autre (une fois, j’ai réussi à aller jusque 200Mb, j’y croyais presque). Évidement évitez les liens directs ou ftp, ça permettrait de reprendre le téléchargement.

Attendez ! Il y a une adresse email pour contacter l’admin. “Delivery Status Notification (Failure)” Ah ben mince, c’est con ça… Le formulaire de contact ? J’attends toujours la réponse à mon message…

Bien sûr cela pourrait tout à fait être une coïncidence expliquée par le fait que DLink ne sait pas administrer un site et que les migrations de licornes sont perturbées par les éruptions solaires. D’ailleurs par le passé, DLink s’est toujours montré comme un exemple en matière de respect de la GPL.

Allez une petite citation des avocats de DLink en 2006 pour la fin :

Regardless of the repeatedly-quoted judgement of the district court of Munich I, we do not consider the GPL as legally binding.

Malgré le jugement cité du tribunal de Munich, nous ne considérons pas la GPL comme légalement contraignante.

—-

Mise à jour 17/4: si on cherche à avoir plus d’info sur où est réellement hébergé le fichier. On voit que l’on fait une requête javascript javascript:dnn(‘AECBLCAAJC’) et soit vers http://tsd.dlink.com.tw/asp/get_file.asp?sno=AECBLCAAJC. Sauf que le code en question change à chaque session.

En analysant la requête on voit qu’on reçoit un code HTML 302 Object moved qui nous redirige vers ce site. On se rapproche du lien direct !
Ce brave serveur est donc un tomcat 5.0.19. C’est facile à savoir, c’est mit sur leur page d’accueil. Au moins, il ont pas mit admin/admin comme mot de passe. Il parait que cette version est vulnérable aux directory traversals si des curieux veulent chercher…

En attendant, j’ai utilisé ce dernier lien pour faire un wget sur mon serveur. Du 60k mais ça semble tenir, je viens de passer la moitié, on y croit ! Évidement il suffisait que je dise ça pour avoir Read error at byte 818639781 (Connection timed out)

Mise à jour 19/4: grâce à bochecha, j’ai pu récupérer l’image de la DCS2130. Elle est en cours d’upload et disponible sur ftp://ftp.mart-e.be/DLink/, faites vous plaisir.
Si vous avez d’autres fichiers que vous avez pu télécharger, contactez moi, je vous donnerai un accès au ftp pour la partager.

Avec la fermeture de megaupload, les gens ont eu des vives réactions dans tous les sens. Autant la situation est exceptionnelle, autant certains n’ont pas prit la peine de réfléchir. Beaucoup de ces réactions étaient très surfaites voir stupides pour moi. En voici quelques unes avec ce que j’en pense :

Megaupload faisait rien d’illégal !
Oh à d’autres ! Officiellement, le site ne l’était pas mais franchement ? A quoi ça servait d’autre ? Oui des gens, parfois, l’utilisaient pour d’autres choses que télécharger des warez et des films mais c’est comme dire qu’une voiture ne sert pas qu’a conduire, on peut aussi dormir dedans. L’excuse qu’ils avaient une politique de suppression des contenus illégaux ne tient pas. Ils utilisaient ça pour se défendre mais n’appliquaient pas réellement une vrai guerre aux contenus illégaux. D’ailleurs, il semblerait que le contenu n’était pas supprimé, juste le lien rendu invalide (mais d’autres liens pouvaient pointer vers le même fichier). Par exemple, Youtube a la gachette très légère dès qu’il y a 5 secondes de bande son sur lesquelles les droits sont discutables. Je ne dis pas que c’est bien (au contraire), juste que eux, ils peuvent réellement dire qu’ils ne font pas dans l’illégal. Non Kim Dotcom n’avait pas lancé ce système par pur altruisme et était outré de voir que des gens uploadaient le dernier Justin Bieber dessus, il se faisait des millions de dollars via le piratage, voila tout.

Ouin je peux plus télécharger mes séries !
Arrête de pleurer larve incapable ! Utilise un autre site de direct download ou, encore mieux, du peer-to-peer. N’oublie pas le direct download, c’est le mal ! Je prédis que dans une semaine, la fermeture de megaupload n’aura quasi plus d’influence sur la façon de trouver de dernier épisode de sa série favorite et que le trafic mondial serait revenu comme avant. Et encore une semaine, j’hésite… Les vieux liens ? Megaupload, c’était le paradis des liens morts de toute façon.

Bouh je venais de m’acheter un compte premium !
Bien fait pour toi ! Ça t’apprendra a payer pour des trucs inutiles. Tu pouvais avoir le même service gratos si tu te démerdais un peu. Sauf si tu l’utilisais pour télécharger des trucs légaux mais franchement, tu as besoin d’un accès illimité pour ça ?

Me*** je tenais un site de débrideur megaupload !
Et ben c’est du beau, même les conditions d’utilisation de megaupload tu respectes pas ? Tu cherchais a te faire du fric via les pirates ou c’était juste par bonté d’âme ? Allez je te fais confiance pour l’adapter au futur remplaçant de mega, ça te demandera juste un peu de boulot.

Pu*** la seule copie de mon dossier médical était dessus !
Mais merde les gens ! Ça fait combien d’années qu’on dit de faire des backups des données importantes ? Et NON mettre des données uniquement sur megaupload n’est PAS un backup, c’est déplacer les données à un endroit où on a moins de contrôle. Backup = données à 2 endroits au moins. Le cloud ça veut pas dire “restera là pour toujours”. Allez, faites moi le plaisir d’aller faire une copie de tous vos Google Docs sur votre machine maintenant !

Megaupload a été fermé à cause du blackout contre SOPA !
18 janvier 2012, 8h05 du matin, QG du FBI, Bruce, secrétaire adjoint bedonnant du département de crime contre le copyright, lance Wikipédia pour chercher des informations sur la reproduction du lémurien à poils roux pour le travail de classe de sa fille Pamela. Et là stupeur : l’encyclopédie est inaccessible en signe de protestation contre SOPA ! Bruce se lève et, dans un accès de rage, envoie son ordinateur contre le mur. On ne fait pas le plus malin avec Bruce ! Encore un coup des démocrates tout ça ! Cette loi c’est pour protéger les artistes et lui il aime bien la musique (sauf ces trucs de djeuns qu’on entends tout le temps à la radio), il faut montrer à ces anarchistes qui a le pouvoir ! Rassemblement d’urgence devant la machine à café pour prévoir une réplique. Après 2 cafés et 1/2h à regarder les photos du petit dernier de Kimberley la stagiaire, ça y est, c’est décidé : demain ils feront fermer megaupload !

Non non non ! C’est un peu plus compliqué que ça a mettre en place une opération pareille. On parle de un an de préparation, bien avant cette histoire de blackout.

Haha les Anonymous vous ont trop n1k3 la gueule !
Les Anonymous ont fait des attaques DDos qui ont permis de rendre plusieurs sites inaccessibles pendant quelques heures. Ne nous emballons pas, le FBI ça doit pas l’empêcher de dormir de savoir que des gens ont pas pu visiter leur site pendant quelques heures, y a pas eu mort d’homme.

Attention, montrer que l’on est pas d’accord sur les politiques merdiques menées par les États-Unis c’est super bien, il faut le faire. Juste qu’il faut se rendre compte que le DDos sur le DOJ américain, c’est un peu comme jeter un pavé dans la vitrine du fleuriste parce qu’il utilise des pesticides, ça va pas changer le monde mais vous donne l’impression d’être un anarchiste. Après si ce n’est qu’un premier pas le temps que s’organise des actions un peu plus efficaces, je dis ok.

Un petit rappel

La cyber-guerre est déclarée
Pour moi, si cyber-guerre il y a, elle a déjà débuté il y a quelques temps (Wikileaks ?). Ça fait un certain temps que les intérêts des citoyens vont à l’encontre de celui des gouvernements en matière de politique sur internet. On a pu le voir avec la mobilisation importante de protestation contre SOPA. Là on vient de franchir un pas de plus avec une action qui touche plus que les geeks qui hurlent à la première atteinte à la vie privée (l’internaute moyen il s’en balance comme de sa première palourde, il veut juste aller sur facebook et regarder new girl).

Megauplaod est revenu sur www.newmegaupload-xxx.com
Non vraiment ? Allez réfléchissez deux secondes les gens : les dirigeants du site se sont fait arrêtés, ils ont autre chose à foutre que de remettre le site en ligne sous je ne sais quelle url foireuse ou adresse ip. Fake, scam, tout ce que vous voulez mais pas que megaupload est revenu ! Tournez deux fois votre clavier dans la bouche avant de retweeter (je retweet donc j’ai des opinions) !

Bon je crois que j’ai fais le tour des pires. Après lorsque le message dépassait les 10 lignes, on a vu apparaitre des réflexions intéressantes. Les États-Unis ont envoyés le signal qu’ils peuvent faire relativement tout ce qu’ils veulent concernant internet. Tout cela évidement au nom du sacro-saint principe de lutte contre le piratage (oui la pédophilie c’est passé de mode, les gens y croyaient plus), ça devrait en affoler plus d’un.

Cette fermeture n’aura surement qu’un impact très limité sur le volume de contenus pirates distribués mais j’espère que ça permettra au gens de réfléchir un peu mieux sur la façon de diffuser des contenus qu’ils utiliseront à l’avenir. Il est important de réfléchir à qu’est ce que les Américains peuvent faire lorsque vous mettez vos données uniquement chez Dropbox et Google ou lorsqu’un .com est le seul accès à un site.

La cours d’Anvers a condamné les fournisseurs internet Belgacom et Telenet de bloquer le site The Pirate Bay. Ils ont 14 jours pour instaurer ce blocage au niveau des DNS.
En instaurant la censure au niveau des DNS, le client de ces opérateurs ne pourront recevoir l’adresse IP correspondant à l’URL thepiratebay.org. Cependant, là où les juges n’ont pas compris grand chose au fonctionnement de l’internet, c’est que rien n’oblige le client à utiliser les DNS de son fournisseur d’accès et donc passer outre la censure.

NURPA, l’association de protection des droits des internautes, s’inquiète de cette décision car elle crée un précédent de filtrage du web assez inquiétant.

La décision de la cour d’appel d’Anvers dans le cas BAF contre Belgacom / Telenet crée un dangereux précédent en matière de blocage de contenu par les fournisseurs d’accès à Internet en Belgique. Elle est incompatible avec la doctrine de proportionnalité défendue par la Cour européenne des Droits de l’Homme : en imposant un blocage de The Pirate Bay, la cour légitime notamment la censure de tous les contenus sous licences libres diffusés via ce site.

explique André Loconte, porte-parole de la NURPA.

J’essayerai de faire un petit tuto pour expliquer comment contrer cette décision idiote.