App.net décolle, que manque il à StatusNet ?

Dernièrement, App.net a fait parler de lui pour avoir réussi sa levée de fond pour commencer son développement. Qu’est-ce qu’App.net? Sur leur site, voici ce qui est annoncé:

App.net is a real-time social feed without the ads.
Let’s create a service that puts users first.

App.net is a different kind of social platform.

We’re building a real-time social service where users and developers come first, not advertisers.

Pour résumer, l’idée derrière les développeurs de App.net est donc de créer un clone de Twitter payant. Pourquoi payer ? Pour garantir que les utilisateur et les développeurs soient les personnes à garder heureux et non plus le produit à rentabiliser comme Facebook et Twitter le considère trop souvent. L’idée a été lancée suite à la fermeture de l’API de Twitter et la présence de publicités grandissante.

Bon on a donc un système:

  • Centralisé
  • Payant
  • Propriétaire
  • Respectant les utilisateurs et développeurs

Waw quand j’ai entendu ça, j’y croyais pas. Les gens marcheraient jamais. Et pourtant, ils ont récolté 800.000$ à ce jour. En comparaison, c’est 4 fois plus que ce que Diaspora avait rassemblé pendant sa levée de fond (déjà impressionnante).

Pourquoi est-ce que je n’y croyais pas ? Parce qu’on a déjà OStatus/StatusNet ! Pour ceux qui débarquent, OStatus est un standard ouvert qui utilise une série de protocoles pour faire de l’échange de messages et StatusNet en est l’implémentation la plus connue (Friendica en est une autre). La particularité de StatusNet est d’être un logiciel libre, n’importe qui peut l’installer sur son serveur. Identi.ca est l’instance publique de StatusNet la plus connue mais il en existe des milliers d’autres, j’en ai une par exemple. Soit vous créé votre compte sur une instance existante, soit vous installez la votre sur votre serveur, cool non?

OStatus permet un échange de messages de façon distribuée. Avec ma petite instance minable, je peux parler avec n’importe qui d’autre ayant une instance compatible OStatus. Et c’est là toute la force du protocole de mon point de vue. Avec un système libre et distribué, on peut potentiellement avoir le meilleur système du monde (impossible à contrôler par exemple).

Et pourtant, aujourd’hui les gens sont prêt à rassembler 800.000$ pour créer un système payant, centralisé et propriétaire. Qu’est-ce que le système a de plus ? Qu’est-ce qui manque à StatusNet qui n’a pas réussi à se développer plus que ça?

Le buzz. App.net a réussi à faire parler de lui à un moment où il fallait, quand Twitter recevait le plus de critiques. Jusqu’à présent Twitter convenait parfaitement à tout le monde, seul quelques geeks avec leurs concepts dépassés de vie privée n’étaient pas content. Maintenant on empêche Instagram de fonctionner aussi bien qu’avant, on parle d’avoir de la pub, la censure commence à être trop présente, les mécontents augmentent. L’équipe de App.net a saisi le moment parfait pour sortir son projet avec des arguments très marketing. StatusNet n’a jamais réussi à se vendre ainsi.

Une entité claire. Savoir qu’il y a une compagnie avec des moyens derrière est rassurant pour l’utilisateur moyen. Il préfère passer par une compagnie commerciale qu’utiliser un serveur maintenu par des dons et quelques bénévoles qui risque de crasher ou être en surcharge à tout moment. L’argent ça fait pro, c’est tout. Quels sont les moyens derrière StatusNet? Aucune idée, juste un site officiel pas très fourni, un wiki spammé, un dépot Gitorious assez discret. Je n’ai aucune idée de comment avance StatusNet, ce qui se passe etc. Et OStatus? C’est encore pire. Site web mort, wiki vide (ah non, il y a cette page qui est intéressante). Je veux dire, est-ce qu’il y a un compte officiel OStatus ou StatusNet qui donne des annonces sur l’état du projet ?

Une bonne interface. Je ne suis pas un pro de l’IHM mais il faut quand même avouer que, aussi bien visuellement qu’à l’utilisation, Twitter est plus agréable. « C’est moche », « c’est lent », « c’est pas intuitif »,… On peut faire facilement pas mal de reproches (fondés ou non) à StatusNet. C’est con mais une interface intuitive avec des effets AJAX dans tous les coins, ça fait plaisir à l’œil. Vous avez vu l’alpha de App.net, si vous êtes en manque d’inspiration…

La centralisation. C’est triste à dire mais la centralisation a des avantages. Tout d’abord une plus grande réactivité. Pas de connexion et propagations de messages entre instances, tout est au même endroit. Également, la centralisation permet de créer un index très facilement des personnes présentes. Il n’existe pas de manière automatisée de chercher un groupe de personne sur StatusNet. Un index distribué serait-il possible ?

Vu comme un service. Lorsqu’il a été demandé aux fondateurs de App.net pourquoi ils ne sont pas open source, il a été répondu que leur but n’était pas de produire un logiciel mais un service. Ils se comparent à Dropbox qui fonctionne comme un service. L’utilisateur lambda n’est pas intéressé par ce qu’il y a derrière, il veut juste que ça fonctionne (ici l’on pourrait introduire un parallèle à Apple mais ce n’est pas le troll du jour). StatusNet est encore présenté trop souvent pour ses caractéristiques techniques (bien mais pas bandant) et non pas comme un outil de communication pour rapprocher les gens (là vous m’intéressez).

Je ne parlerai pas de l’API parce que je ne l’ai pas étudiée en détail mais il me semble que, du coté de StatusNet, il n’y a pas de quoi se plaindre (que les spécialistes me disent si je me trompe).

Je viens peut être de critiquer StatusNet et pourtant j’y crois encore, j’ai vraiment envie que ça fonctionne. Je crois encore que OStatus/StatusNet a un avenir devant lui. Je crois que tout n’est pas perdu et qu’il y a moyen d’attirer des masses. L’arguement principal avancé de app.net est qu’il respecte les utilisateurs et développeurs. Qu’est-ce qui respecte mieux les utilisateurs et développeurs qu’un outil créé par eux pour eux ? Un outil libre a un avantage énorme sur ce point, c’est nos données, on en fait ce qu’on veut.

App.net a montré que des gens sont prêt à repartir à zéro malgré l’effet réseau très fort sur Twitter. Qu’est ce qu’on peut faire pour y réussir également ? La question reste ouverte, je ne dis pas maintenir la vérité mais voici quelques points essentiels de mon point de vue:

  • Une interface retravaillée: on a le protocole, il manque le design (l’opposé de Diaspora en gros)
  • Une instance de référence fiable: identi.ca est ce qu’il y a de plus proche mais il manque encore de fiabilité et ne joue pas très bien avec les autres instances.
  • Un écosystème plus riche: l’API est très proche de Twitter, ça devrait faciliter les choses non? Créons des boutons « partager sur StatusNet », des clients mobiles, des intégrations dans des sites web…
  • En parler: StatusNet reste le coin des geeks, même mes potes en info ils connaissent pas en général.

Bon après il a des questions ouvertes. Est-ce qu’il faudrait un autre client alternatif à StatusNet ? Faut il chercher à copier Twitter à tout prix ou se différencier ?

Et à ceux qui me diront « t’as qu’a coder pour StatusNet plutôt que de critiquer », je rappelle qu’on peut critiquer (positivement) sans pouvoir forcement faire mieux soit même. Je suis très loin d’être un ninja du PHP, je suis mauvais et je le sais, je ne vais pas commencer à faire du développement là dedans. Par contre il y a sans doute d’autres contributions intéressantes et c’est là que j’aimerais créer une discussion.

Les ressources par exemple ? Vous avez quoi ? Allez je commence:
Si vous cherchez à jouer avec StatusNet en python, je vous conseille cette librairie python request-oauth (ou mon port python 3) pour utiliser l’API OAuth.

En terme de contributions, il y a cette page qui donne des pistes. Le wiki peut sans doute recevoir encore un peu d’aide (traduction en Français ?), trois pages Wikipédia qui pourraient bénéficier d’un petit rafraîchissement/éclaircissement OStatus, StatusNet, Identi.ca.

Si vous avez des chouettes ressources, librairies, outils, d’idées d’amélioration de StatusNet, je suis curieux d’entendre tout ça.

Mise à jour 17/08: vous avez lu les nouvelles conditions d’utilisations de l’API 1.1 de Twitter ? Il est plus que temps de se dégager de ça.

14 thoughts on “App.net décolle, que manque il à StatusNet ?”

  1. Salut,

    Je souhaite également que Friendica décolle, ainsi que Diaspora et StatusNet.
    Mais ça va mettre très longtemps avant que des choses attirantes émergent de ces projets (comme foojbook.org par exemple), et tu as raison de nous appeler à contribuer, car ils ne vont pas s’améliorer tout seul.
    Même au sein des libristes Friendica est peu connu, alors qu’il est suffisamment fonctionnel, et je n’ai même jamais lu mention de Friendica sur un site tierce. Il manque souvent une stratégie (càd une vision commune) de communication pour ces outils.

  2. Je suis d’accord avec toi en ce qui concerne StatusNet/Identica.
    Pour qu’un tel outil se répande il faut qu’il soit « sexy » et pratique.
    Ce n’est pas le cas d’Identica.
    J’ai eu peu l’impression que le projet stagne et que la seul communauté qu’on trouve sur Identica et celle des libristes, c’est dommage ça en fait un réseau social « ghettoisé ».

    Perso c’est pour ça que je n’utilise pas (bien que j’y sois inscris) Identica : j’ai envie d’y trouver tout le monde et pas seulement une catégorie de personne. De plus l’interface me fait furie.

    Dommage, dommage j’aimerais bien moi aussi voir StatusNet/identica décoller.

  3. Tout à fait d’accord. Il est très dommage de voir tout ces gens s’enfermer dans ce app.net qui leur promet tout plein de choses alors que identi.ca fonctionne dès maintenant. Il y a quelque temps on aurait eu une armée de fanboys qui se serait jetés sur l’argument open source et la possibilité de modifier le protocole et là, on vois des gens se jeter derrière une entreprise qui ne leur promet même pas l’ouverture du code. Cela me fait étrangement penser à Apple dans ce cas oû Linux est rejeté car pas assez commercial…

  4. Salut,

    bonne synthèse, je partage ton analyse de la situation.

    Je ne sais pas si Evan comprend bien le français, mais tu devrais peut-être lui partager ce billet.

    Les gens aiment les marques pour lesquelles ils peuvent s’identifier, se valoriser en s’affichant avec elles. C’est superficiel, mais il semble que c’est comme ça que fonctionne plusieurs personnes, même si ces marques ont des pratiques moralement douteuses; le cas Apple nous le prouve assez bien.

    Donc pour ma part, je crois que le principale problème de StatusNet c’est l’image. Et c’est le problème de beaucoup de projets GNU. StatusNet ont quand-même fait beaucoup de chemin depuis Laconica. L’image de marque du site officiel n’est quand-même pas si mal, mais ce n’est pas assez. Il faudrait qu’un Tim Van Damme passe par là pour leur donner un charte graphique vraiment sexy.

    Comme tu l’as déjà évoqué, le second problème serait la solidité et la fiabilité de l’instance phare, c’est-à-dire Identi.ca.

    Je trouve souvent des gens intéressants que j’ai envie de suivre sur Identi.ca, mais malheureusement ils n’utilisent plus leur compte; ça fait moribond. J’en suis attristé, car l’idée de décentralisation et de fédération est incroyable et ça fonctionne assez bien en général. J’aime ce projet.

    C’est génial d’avoir son propre microblogue, mais ce que je reproche à l’outil, c’est qu’on peut facilement modifier les CSSs pour personnaliser/créer un thème dans notre instance StatusNet, mais y’a pas d’accès facile aux gabarits HTML. Ce qui rend difficile une personnalisation plus profonde de l’interface.

    Voilà, j’ai dit.

    Salutations

  5. En alternative libre compatible OStatus, j’ai testé rstat.us (https://rstat.us/users/mart-e) ce matin. Encore très basique mais encourageant.

    @will: j’aime beaucoup Ihave50dollars.com 😀

    @H. Soucy: merci pour ce partage, je suis assez d’accord avec toi. Une bonne image réglerait déjà beaucoup.

  6. StatusNet gagne en maturité. La technique sous-jacente est améliorable (ne serait-ce que réduire le grand nombre de fichiers PHP, et optimiser les requêtes SQL), mais je pense que le gros chantier futur sera le thème graphique, le design. Car avouons-le: c’est quand même moche quand avec Twitter très tôt on pouvait personnaliser le thème.

    Les problèmes sont surtout au nombre de deux:

    * le projet est chapeauté par une société à but lucratif (StatusNet Inc) qui cible la communication interne en entreprise (si les entreprises optent pour des trucs style App.net parce que ça fait « pro » alors niveau financement ça va être short et va hypothéquer l’avenir de StatusNet)

    * le projet est peu pris en main par la communauté (peu de reconnaissance ? manque de motivation ? peu d’experts en PHP-MySQL ?)

    Pour répondre à ça je pense qu’il faudrait créer une fondation du style de Mozilla ou The Document Foundation, qui reprend ou fork le projet StatusNet, et que quelques acteurs majeurs tels que l’EFF, GNU, et autres défendent StatusNet face aux réseaux propriétaires.

    C’est très dommage que Tristan Nitot ait délaissé son compte Identica… au profit de son Twitter. Voilà le genre de « porte-étendard » StatusNet qu’il faudrait ! Et puis cuisinons Maitre Eolas pour qu’il migre aussi et donne le bon exemple 🙂

  7. @Mitsu J ignorais pour StatusNet Inc. C est dommage en effet. Est-ce que tu penses qu un fork va aider/est possible? Comme tu le mentionne, la communaute n est deja que peu motivee par le projet maintenant, en se detachant de la branche commerciale, on risaue surtout de fragmenter le petit nombre de developpeurs deja present…

  8. EDIT: oops, le pavé..

    @mart:

    Ça dépend.

    Regardons Mandriva: la société a toujours peiné à peser face à Red Hat malgré leur approche plus ouverte, quelques beaux contrats leur sont sans doute passé sous le nez au profit de Canonical et son Ubuntu (dans les services publics par exemple), actuellement la société se réinvente (et à terme je les imagine faire comme Canonical, à savoir juste société de support pour un produit libre). Si je me rappelle bien Mandriva n’a pas vraiment surclassé Gentoo en terme de popularité.

    Le fork qui a été crée par d’anciens employés de Mandriva et qui fédère maintenant une communauté très active autour d’une association loi 1901 ? Mageia. Actuellement Mageia joue face à Linux Mint pour la place n°1 en popularité sur DistroWatch, rien que ça ! Sur le même ranking, on voit la descente de Mandriva, qui pourra pas se maintenir au top 50 le mois prochain je pense.

    On a ici l’exemple d’un fork presque uniquement communautaire: ça marche fort aussi.

    Dans le cas de StatusNet ce qui va être évidemment difficile c’est qu’il s’agit d’un framework à comprendre avec des approches de développement PHP-MySQL spécifiques, sans être depuis un certain temps dans la devteam, forker un tel projet est long et difficile. Je me suis évidemment intéressé à ses mécaniques internes et moi avec mes maigres connaissances en PHP j’ai vite abandonné l’idée d’un fork en solo 😀

    Un fork communautaire est réussi quand bien sûr les bases sont bonnes: équipe de direction du projet, responsables de « branches », les outils de coordination comme une mailing, un SVN/Git, .. Faut donc des initiateurs du projet qui se connaissent et se font relativement confiance. Ah oui, aussi: il y aura sans doute un « site-pilote » à financer, comme StatusNet Inc avec Identica. Et comme beaucoup de gens sont fainéants, ils seraient davantage tentés de s’inscrire sur ce site plutôt qu’héberger chez eux: les coûts en serveur peuvent être conséquents, et avec de hautes responsabilités et garanties à fournir en terme de fiabilité du service. Quand Identica a des difficultés pendant quelques heures, ça râle vite et fort !

    Ce qui nous amène à une seconde option: au lieu de forker StatusNet, se contenter de développer un projet nouveau compatible avec StatusNet. En s’assurant que OStatus ne peut pas être unilatéralement modifié par StatusNet Inc s’ils venaient à déconner. C’est l’approche que je privilégierais, même si je n’ai pas encore jeté un oeil aux specs d’OStatus pour en estimer la difficulté du développement « from scratch ». Et on éviterait de briser la communauté, car il n’y aurait pas l’effet d’un développement en double (surtout si c’est autre chose que PHP et/ou MySQL – un microblogging monoutilisateur léger reposant sur SQLite ça pourrait le faire, et en PostGreSQL pour l’échelle plus large).

    À creuser 🙂

  9. Pas de soucis pour le pave, on voit que le sujet te tiens a coeur 🙂

    Oui c’est vrai qu’un fork peut fonctionner mais il reste le probleme des ressources materielles et humaines actuellement insuffisantes.

    Je ne suis en general pas un fan des forks s’il n’y a pas un probleme reel (exp: dans le cas d’open office, c’etait justifie et a plutot bien reussi). Reste donc l’idee de creer un client from scratch.

    Perso je ne suis pas tres doue en PHP mais il faut avouer que ca reste la technologie principale. La preuve est que quasi tous les hebergeurs le supporte. Creer un logiciel dans un autre langage est prendre le risque d’avoir moins de developpeurs et moins de personnes installant une instance. Contre-exemple: Diaspora a recu sa part d’attention et la liste des instances est (etait?) assez grande alors qu’il etait en RoR.

    Concernant les projets interessants, il y rstat.us qui, comme mentionne avant, est un projet a suivre. Developpement actif, pas encore completement compatible avec StatusNet (qui est fautif ?) mais se rapproche plus de ce que les gens recherchent dans du reseau social (a mon humble avis bien sur).

    Il reste bien sur Friendica qui est compatible OStatus mais je ne suis pas sur qu’on soit dans la meme approche. De ce que j’en ai vu, on se rapproche plus de Google+ que de Twitter.

    Je ne pense pas que les specs de Ostatus soient si compliquees que ca. L’avantage est qu’il est un assemblage de protocoles, ca veut dire qu’il y a des chances que tu puisses trouver une implementation existante de chaque brique dans le langage de ton choix. C’est a creuser mais sans doute qu’en ayant toutes les briques qu’il nous faut, il deviendrait facile de creer son propre reseau OStatus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *