Catégories
Uncategorized

Le vote, électronique ou non

Dimanche passé, c’était les élections communales et provinciales en Belgique. En tant que citoyen responsable, j’ai donc été faire mon devoir et rougir quelques cases dans un isoloir. Isoloirs de plus en plus désertés par les feignants (Un dimanche matin ? Vous êtes cinglée ma bonne dame !) ou contestataires (parce que rester dans son pieu en signe de refus du système, c’est comme télécharger The Expendables pour militer un accès à la culture) mais là n’est pas le débat.

Depuis quelques années, on vote électroniquement dans plusieurs villes. Vote qui est contesté par de nombreuses voix comme PourEVA (Pour une Éthique du Vote Automatisé) qui s’est bien exprimé sur le sujet vendredi passé à Source sur radiocampus par exemple. Je n’ai jamais caché être pro-vote électronique et globalement pas d’accord avec eux mais il faut avouer qu’ici, il y a eu de la connerie dans l’air, aussi bien d’un coté que de l’autre.

Commentaire sortant du coeur sur un bulletin
J’ai bizarrement plus d’estime pour celui qui s’est bougé pour écrire ça que pour celui qui est resté dans son lit…

Commençons par de l’analyse journalistique. Quelles sont les priorités en termes d’importance des nouvelles ? Au JT de dimanche soir, dans l’ordre on a eu :

  1. La NVA qui gagne à Anvers
  2. Les autres résultats
  3. Les problèmes du vote électronique
  4. Les problèmes du vote papier
  5. Le reste du monde

Qu’est-ce qui s’est passé avec le vote électronique ? On a eu des files très longues à certains endroits. On a eu des problèmes au démarrage avec des temps de réactions de plusieurs heures pour qu’un technicien règle ça. On a même eu un type qui à tout débranché de rage. On a également une polémique d’écrans tactiles (on parle de smartvote ;-)) trop sensibles (en sélectionnant une liste, on « double cliquait » et sélectionnait le candidat du milieu de cette liste). En gros ça a été le bordel dans plusieurs bureaux.

Est-ce grave ? Oui c’est grave d’avoir une organisation aussi mauvaise, grave qu’on ne sait pas démarrer une machine correctement et qu’on ai besoin de plusieurs heures pour réussir à résoudre un problème facilement évitable. Ce problème de sensibilité est le signe que le logiciel a été développé à la va-vite et a eu un manque flagrant de test (et ça aussi c’est grave) ! Est-ce grave sur le résultat du vote ? Non puisque celui-ci n’a pas été potentiellement modifié en rapport de force entre partis, personne ne s’est dit « J’ai du attendre 2 heures, ben je vais voter à gauche finalement » .

ajout de candidat sur un bulletin
C’est vrai que le vote électronique ne laisse pas grande place à la créativité, et c’est bien dommage…

Maintenant, qu’est-ce qui s’est passé à Jemeppe-sur-Sambre avec le vote papier ? Événement d’importance médiatique moins important dans l’ordre de présentation (on en a parlé d’ailleurs 55 secondes contre 4 minutes 10 pour le vote électronique). Trois urnes (on se rendra compte plus tard que c’était quatre urnes) sont arrivées non-scellées pour le dépouillement. Il faut savoir que ça représente 10% des voix ce qui est non négligeable dans un score serré, ça ne prouve pas une manipulation mais la rend possible. Est-ce grave ? Plus que pour le vote électronique il me semble.

Des problèmes pareils (urnes non-scellées, gens bourrés, négligence dans tous les sens…), on en rencontre à chaque élection, suffit de demander aux gens ayant assisté à plusieurs dépouillements. Que ce soit en vote papier ou en vote électronique, il y a et il y aura encore de très nombreux problèmes. Même un système aussi simple que le vote papier, un système que même un idiot peut comprendre, est foireux s’il est confié à un idiot. Mais c’est la vrai démocratie, celle qui implique le peuple dans son processus et ce genre de bêtises. Cela me conforte dans mon opinion : le vote électronique n’est pas moins bon que le vote papier, ils sont tous les deux mal gérés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *