Categories
News

Pourquoi les Chromebooks me font peur

Google a annoncé un nouveau modèle de Chromebook : le Pixel. Une machine à 1300$ avec des specs assez misérables : i5, 4GB de RAM, SSD de 32GB, une connectique, poids et encombrement assez banal pour un 13″. Ah non il a un écran haute définition (je dirais bien pour regarder un Blu-ray dans le train mais y a pas de lecteur) et un écran tactile (woo, sé taktil !). Non là où Google mise le tout est sur son OS minimaliste et son accès au cloud. Lorsque l’on achète cette machine, l’on reçoit 1TB de stockage sur les serveurs de Google via Google Drive pendant 3 ans. Ainsi à n’importe quel moment, sur n’importe quelle machine, on peut accéder à ses fichiers en ligne. Plus de risques de crash de disques durs, Google se charge de tout ! Elle est pas belle la vie ? Excusez-moi, je pars vomir et je reviens.

*bruit de chasse d’eau*

Non ! La vie n’est pas belle. Le concept du Chromebook est une des pires idées que l’on puisse avoir et qui me fait vraiment peur si ça marche. Dans un article du journal Le Soir de samedi dernier, l’on présentait le modèle comme s’attaquant de front à Apple. Ils ne croient pas si bien dire puisque je ne vois ça comme passer d’un gaspillage d’argent (silence fan boy d’Apple, c’est dépassé de troller avec toi) à un autre sans doute pire.

chromebook-nope

Il y a un concept simple qu’on oublie de plus en plus aujourd’hui : la propriété. Si un bien m’appartient, j’en fais ce que je veux. De la voiture que l’on peut repeindre aux murs que l’on peut abattre en passant par le livre que je peux revendre, l’informatique semble s’éloigner de ces concepts. Je loue un livre sur Amazon (puisqu’il en reste proprio et peut en faire ce qu’il veut), je loue ma musique à l’écoute sur Spotify (puisque je n’y aurai plus accès si j’arrête de payer ou si une major veut retirer son catalogue), je loue même ma vie sociale (puisque une fermeture de mon compte Facebook me réduirait à l’état d’ermite). Ça ne suffit pas ? Maintenant louez tout ! Vos emails, vos documents professionnels, vos photos de famille, votre carnet d’adresse, toute votre vie numérique ! Même supprimer un fichier ne dépendant plus de vous (le fichier reste sagement sur les serveurs de Google). Il s’agit ici d’une double location : vous payez le stockage en argent (après le 1TB pendant 3 ans, c’est 50$/mois pour la même capacité), avec votre vie privée (mais ça c’est pas neuf) et si ça ne suffit pas, vous êtes dépendant du fournisseur (Google) pour accéder à vos fichiers.

De par son mode de fonctionnement, il est évident qu’un accès internet est essentiel. Pas de connexion, pas de chocolat. Ils disent viser les power-users mais considérer que les professionnels ont un accès internet tout le temps est un peu optimiste (train ? déplacements ?). Même quand je reste à mon bureau au boulot à coté du routeur, il arrive que le net saute (et oui OpenERP a installé ses bureaux à la campagne). Si on avait tous des chromebooks, chômage technique ! Il y a bien un modèle avec puce 4G mais comptez 200$ de plus.

Berger seul
Il y a deux jours, la BBox de Jean-Kevin est tombée en panne

Bien sur l’accès internet va se faire d’en plus en plus présent, les forfaits illimités 4G ne devraient pas mettre trop longtemps à arriver, le problème d’accès n’est que temporaire. Seulement vous mettez tous vos œufs dans un même panier. Qu’on soit à la ferme, à la bourse ou en informatique, c’est une très mauvaise pratique, et d’autant plus si c’est un inconnu qui porte le panier. Ploum avait fait un très bon article en imaginant un monde selon Google, c’est l’occasion de le (re)lire. Google deviendra il une nouvelle prison dorée ?

Même si ce n’est pas de bon ton de souhaiter du malheur, c’est pourtant ce que je souhaite à ce Chromebook, pour le bonheur de l’informatique en général. Je dirais bien qu’il n’y a de toute façon aucune chance pour que les gens prennent mais les précédents historiques tels que les succès de Facebook ou d’Apple laissent songeur et craintif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *