Les API mortes se ramassent à la pelle


Les souvenirs et les regrets aussi.
Mais mon serveur silencieux et fidèle sourit toujours et remercie la vie.
Je t’aimais tant, tu étais si standardisée, comment veux-tu que je t’oublie ?

– Jacques Prévert.

Les réseaux libres et décentralisés c’est beau, pas de censure ou exploitation de vos données, bel exemple de liberté d’expression. Chacun choisissant son serveur, on évite les problèmes de points de passage uniques et diminue les problèmes en cas de défaillance d’un nœud. Enfin dans la théorie parce qu’en réalité c’est complètement le bordel. Les réseaux sociaux libres fleurissent un peu partout mais il n’y a pas moyen de s’entendre.

La semaine passée, pump.io venait de sortir sa version 0.2, une première release après 4 mois de développement (c’est là qu’on se rend compte que Diaspora avec ses 2 ans de développement s’est bien foutu de nous). Pump est un projet de Evan Prodromou, le créateur de StatusNet, et présenté comme la succession de ce dernier (prévu pour la 0.3, en avril 2013, les inscriptions sur identi.ca sont d’ailleurs désormais gelées). StatusNet continuera a vivre et être maintenu mais il ne faut pas s’attendre a voir de grandes nouveautés apparaître. Pump est écrit en NodeJS et avec une base de donnée NoSQL (MongoDB & co). Je n’ai aucun problème avec le fait d’abandonner le couple vieillissant PHP/MySQL (au contraire). Le point problématique est un aspect que l’on voit apparaître très souvent avec les réseaux sociaux libres : il n’utilise pas OStatus mais une nouvelle API. OStatus est une suite de protocoles (Atom, Activity Streams, PubSubHubbub, Salmon et Webfinger) qui permet de se mettre d’accord sur la façon dont deux serveurs OStatus peuvent communiquer. C’est grâce à OStatus que je ne suis pas obligé d’utiliser StatusNet pour communiquer avec quelqu’un l’utilisant, je peux utiliser Friendica par exemple. Cependant Friendica est un peu l’exception qui confirme la règle, a part lui qui met un point d’honneur a être compatible avec plusieurs réseaux, les autres utilisent systématiquement des manières propre pour communiquer.

Prenons l’exemple de Tent, un nouveau protocole décentralisé assez sympa (dont TentStatus est la partie permettant le microblogging). La façon de voir les choses est intéressante et suis convaincu qu’on puisse voir de chouettes projets apparaître (comme la page Related Projects le montre). Cependant ils ont fait le choix de recommencer from-scratch et cassant toute compatibilité. Les serveurs Tent ne peuvent parler qu’avec des serveurs Tent. Les raisons avancées pour ne pas utiliser OStatus sont discutables : pas de messages prives, impossible de changer de serveur en gardant les relations, pas d’API standard pour l’interaction. Mais comme mentionné dans un commentaire, c’est plus drôle de partir de zéro.

installation-parabole

Avec cette parabole Turbo+ 2.0, nous devrions enfin a comprendre leurs messages codés avec ce mystérieux « XMPP »

Vous vous souvenez de Diaspora ? Belle levée de fond, beaucoup d’espoirs, deux ans de développement pour finalement abandonner le projet a la communauté. Les créateurs décident de se concentrer sur leur sorte de générateur de meme (qui utilise ironiquement Facebook-connect, un bel aveu d’échec). Il semble avoir une bonne relève et il est possible que ce projet aboutisse a quelque chose mais Diaspora part avec une mauvaise base : un protocole interne quasi inexistant (qu’on pourrait presque qualifier de propriétaire). Diaspora avait été conçut sans trop savoir où aller puisque l’API n’était pas documentée et changeait tout le temps. Le projet Friendica a essayé d’être compatible avec celui ci mais a rencontre de nombreuses difficultés. Il semblerait que la communauté a prit conscience de ce problème puisqu’ils essayent d’être compatible avec d’autres réseaux. Personnellement, j’ai abandonné mais espoirs concernant Diaspora mais je peux changer d’avis, wait and see… ou pas.

Ces deux exemples ne sont pas les seuls, dans les plus connus on a aussi Movim (a base de XMPP, pas d’interopérabilité avec d’autres API type OStatus) ou SalutAToi (utilise une API basée sur XMPP documentée mais de leur cru quand même). Notons les bons élèves que sont Friendica et BuddyCloud puisqu’ils supportent plusieurs standards.

Pour revenir a Pump, Evan avait sans doute de bonnes raisons de changer la façon d’interagir entre serveurs, il s’y connaît en réseaux décentralisés et API. En raison de quelques problèmes avec StatusNet, il a préféré repartir sur une nouvelle base. Il annonçait quand même qu’un effort serait fait pour être compatible avec StatusNet. Cependant, l’API de base reste différente, toutes les fonctionnalités devront être adaptées pour faire la transition.

Pour se rendre compte du problème, imaginons maintenant que StatusNet ou Diaspora soient complètement abandonnés par les développeurs et ne soient plus maintenus. Les logiciels ont amassés une bonne base d’utilisateur mais ces utilisateurs vont lentement migrer vers des solutions plus modernes et maintenues. Sans l’émergence d’une solution supérieure, ils vont se diviser, se tournant peut être même vers une solution propriétaire. Cette migration se fera petit a petit, avec une base d’utilisateur ne voulant pas faire de migrer en raison de la communauté déjà présente sur son vieux réseau. Si ces logiciels ne sont plus maintenus, des Pump ou Friendica seront sans doute moins tentés de continuer a maintenir un niveau de compatibilité vers eux. Les nouvelles fonctionnalités ne seraient pas portées en OStatus. La communauté se retrouverait encore plus fragmentée. C’est évidement un scénario peu probable (déjà car OStatus n’est pas utilisé que par StatusNet) mais cela montre le problème des multiplications de standards : division de la communauté encore plus accentuée en cas d’abandon de projets.

Se mettre d’accord sur un protocole standard c’est une condition essentielle pour le succès des réseaux libres décentralisés. Sans cela, je ne pense pas que l’on pourra dominer les réseaux propriétaires centralisés ayant l’avantage de ne pas avoir a se soucier de ce problème. Je ne critique pas un standard en particulier (je ne me permettrais pas d’en désigner un supérieur aux autres), que ce soit OStatus, Pump, Tent, Diaspora ou un autre à base de XMPP, il faut se mettre d’accord sur une API commune et il faut arrêter d’en développer une nouvelle pour chaque logiciel. Toutes les API ne sont sans doute pas compatibles avec tous les cas de figure (sans parler de l’école HTTP vs XMPP) mais il y a sûrement moyen de dégrossir. Créer c’est bien, améliorer l’existant, c’est mieux.

CC-BY-NC XKCD

CC-BY-NC XKCD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *