2

Début de l’été, j’ai craqué pour un Vivofit, le traqueur d’activité de Garmin. Le 1er janvier dernier, je passais le cap des 2 millions de pas enregistrés. Que penser de cet appareil après 7 mois d’utilisation ? Un avis mitigé.

Pour faire un rapide point, la principale fonctionnalité du Vivofit est de servir de podomètre, de comptabiliser le nombre de pas réalisés en 24h. Il se synchronise également avec une ceinture cardio lors d’activité sportives pour connaitre son rythme cardiaque et analyse votre sommeil. Le tout se synchronisant avec son smartphone ou pc.

Tout d’abord, la question qu’on me pose le plus souvent: est-ce que ça permet vraiment de (se) bouger plus ? Je suppose que ça dépend du caractère de chacun mais personnellement oui, ça fonctionne ! 2.089.235 pas en 204 jour, soit 10.241 (10K de pas, c’est beau) par jour, juste au dessus du Saint-Graal de 10.000 pas par jour, victoire personnelle ! Évidement, il faut avoir un petit coté, geek amateur de chiffres et compétitif mais personnellement ça marche assez bien. Il m’arrive de temps à autres à faire une marche le soir pour obtenir mon objectif journalier ou de courir le matin pour compenser le manque d’hier.

Grâce à un 31 assez mouvementé, on commence bien l'année

On commence bien l’année

En parlant d’objectif: la particularité du Vivofit par rapport à d’autres traqueurs est d’avoir des objectifs flottants. Si vous marchez beaucoup un jour, votre objectif augmentera, si vous n’atteignez pas l’objectif un autre, il sera moins élevé le lendemain. L’adaptation est assez lente: une journée très active ou très inactive n’influencera que peu l’objectif si les autres jours sont stables. Cette logique semble une bonne idée (chacun son objectif réaliste) mais elle ne s’adapte pas un rythme de travail où l’on est clairement moins actif la semaine que le week-end. Et je ne vous parle même pas de l’hiver lorsqu’il fait noir en partant et en rentrant du boulot…

Il faisait bon samedi dernier

Devinez le jour où il ne pleuvait pas

J’enfonce sans doute les portes ouvertes mais ce podomètre ne compte que les pas. Étant amateur de vélo, ça me désole un peu d’avoir toute une partie de mon activité non comptabilisée (le paradoxe, l’activité non comptabilisée est moins motivante). Je me rattrape en mettant la montre en poche (possible à la cheville mais un peu désagréable) ou dans le Camelback (en VTT les bosses sont suffisantes pour comptabiliser quelques pas). Mon prochain achat sera sans doute un appareil plus polyvalent (mais ils restent encore cher aujourd’hui).

Vite allons sortir les poubelles

Arrête de me juger !

Une autre fonctionnalité particulière du Vivofit est ce que l’on peut appeler « la barre rouge de la honte ». Lorsque vous arrêtez de bouger pendant une heure, un premier segment rouge apparait, suivit d’un tous les 1/4h d’inactivité supplémentaires (jusque 2h), indiquant d’un coup d’œil à toute personne aux alentours à quel point vous êtes un vieux mollusque. Pour retirer cette barre, il suffit de marcher quelques centaines de pas (proportionnellement à la durée de votre inactivité). Cette distance n’est pas très grande mais suffisamment pour que je n’arrive pas à l’enlever lors une journée de travail (à moins de faire un aller-retour jusqu’au parking ou de passer pour un fou qui fait des tours de la cuisine). L’incitant à marcher est vite oublié et l’on assume assez rapidement son statut de feignant. Vous soufflez après une course à pied ? Aucune importance, lève ton cul de ce fauteuil et retourne marcher ! Dur.

Pour en finir avec le positif, le bracelet n’est pas désagréable à porter. La promesse d’un an de batterie n’a pas encore été démenti pour moi (contrairement à celle de la ceinture cardio qui faiblit) et finalement avec son aspect banal, il reste assez discret (il peut passer pour une montre moche).

T'a pas l'impression de te foutre de ma gueule là ?

T’a pas l’impression de te foutre de ma gueule là ?

Bon maintenant parlons de ce qui fâche vraiment. Tout d’abord, pour connecter le bracelet à internet, il faut soit passer par l’application PC (non compatible Linux et demande ce foutu connecteur ANT), soit passer par l’application smartphone et le bluetooth. N’ayant pas de Windows, j’utilise l’application Android. Soyons clair: cette application est une vraie bouse. La connexion échoue plus de fois qu’elle ne réussi (parfois je passe 2 jours sans être capable d’établir une connexion). Et puis cette application demande toutes les permissions possibles sur le téléphone: accès SMS, localisation, contacts, agenda, photos, vibreur. Et si ce n’était pas suffisant, la dernière mise à jour ajoute le téléphone « pour des raisons de stabilité ». Garmin, tes pratiques de merde sont détestables. Les seules permissions requises devraient être le bluetooth et accès à internet. Tu devrais passer plus de temps à améliorer tes applications plutôt que de trouver de nouveaux moyen de suivre les moindres faits et gestes de tes clients (tu sais, les gens qui te donnent de l’argent).

Non, je ne battais pas un record de marche lente, 40m de course se sont transformés en 18h

Non, je ne battais pas un record de marche lente, 40m de course se sont transformés en 18h. Parce que merde, voila.

Bon une fois qu’on a vomi sur ses principes (spéciale dédicace à Privacy Guard) pour synchroniser le dernier jogging ou le nombre de pas de la journée, on se rend sur Garmin Connect. Ce site est une nouvelle preuve que les gens de chez Garmin ne savent pas développer de logiciel. Il est in-intuitif au possible, lent (bonne chance pour naviguer dans son historique) et buggé de partout. Constamment, des pages sont inaccessibles et des erreurs lors d’opérations simples (erreur 403 lors d’un export, etc.). Une expérience utilisateur vraiment détestable. Des fonctionnalités telle que la synchronisation à des services externes ou une API sont évidement aux abonnés absents.

connect-error

Pour conclure, l’essentiel est quand même que cet appareil me fasse bouger plus. J’ai beau critiquer le logiciel, le matériel remplit son but premier de me faire lever de ma chaise. A la question, « est-ce qu’à refaire, j’achèterais encore un Vivofit? », la réponse est probablement non. D’ailleurs, pour noël, j’ai offert un Withings Pulse

PS: après quelques début, la synchronisation sous Linux n’est pas encore possible. Si j’avais j’arrive à des résultats sympa, je partagerai évidement.

2 commentaires

  1. Magueur dit :

    Je possede le vivofit 2 depuis deux semaines. J en suis plutot content !
    J’ ai néanmoins un soucis, lorsque que j effectue un footing et que je déclenche le chrono : la vitesse et la distance estimé ne sont pas exacte. Et cela malgré le fait que j ai paramétrer une taille distance de mon pas à la marche et une distance de mon pas à la course.
    La distance du pas qui semble être retenu par le bracelet est la distance pas/
    marche. Y a t i une possibilité pour faire comprendre au bracelet que je suis en course à pied et non plus en marche lorsque je déclenche le chrono ? Merci pour votre aide

    • mart dit :

      @Magueur tu as 2 tailles, « normal » (marche) et « activité » (course). Si les distances ne sont jamais exactes (pour une même course, la taille de la foulée change déjà pas mal en fonction du type de terrain), je trouve que c’est une estimation relativement bonne. Sur une course de 20km, j’ai peut être 1km d’erreur. Pour plus de précision, il faut se tourner vers un GPS je pense.

Laissez un commentaire




Avatars par gravatar, balises html classiques autorisées.

css.php